Passer au contenu principal

Ça prend un homme ?

En octobre 2014, l’humoriste américain Hannibal Buress était sur scène à Philadelphie. Il avait tout un numéro dans sa poche, portant sur l’hypocrisie du comédien Bill Cosby, le « père de l’Amérique » (American Dad) comme il était surnommé alors, et qui faisait à l’époque la leçon à toute une génération de jeunes Noirs. Dans ce numéro, l’humoriste en question traite plus d’une fois Bill Cosby de violeur.

Captées sur vidéo par un spectateur dans la salle, ces paroles font par la suite scandale. Les gens et l’affaire Cosby s’enflamment. On connait la suite ; des années et plusieurs témoignages de femmes plus tard, Bill Cosby fut accusé et trouvé coupable d'agression sexuelle sur une adolescente. 

Pourtant, bien avant cette prestation sur scène, des dizaines de femmes avaient dénoncé les agissements de Bill Cosby, raconté leurs histoires, plusieurs alléguant avoir été abusées sexuellement et même violées. Or, il ne se passa rien. Ça n’intéressait personne. Enfin, pas vraiment. 

*** 

Le 1er juillet dernier, l’humoriste Thomas Levac affirma durant l’enregistrement d’une balado du Festival d’humour émergent en Abitibi-Témiscamingue : « Philippe Bond, c’est un violeur ». Et voilà que, similairement, cette déclaration eut l’effet d’une bombe, embrasa l’opinion publique, « provoquant une tempête de réactions dans les réseaux sociaux ».

Pourtant, là encore, « tout le monde le savait », apparemment, concernant les agissements odieux et les inconduites sexuelles de Philippe Bond. Mais l’humoriste, lui, continuait à travailler sans problème ni entrave, empochant beaucoup, beaucoup d’argent.

Entendons-nous, Philippe Bond n’est pas Bill Cosby. Mais étrangement, encore une fois, il aura fallu qu'un homme dénonce. Un seul homme, un faiseur de blagues de surcroît, un humoriste qui y va d’« une affirmation explosive balancée sans preuves dans l’espace public » pour que la vérité éclate au grand jour et que les langues se délient. C’est tout de même incroyable, vous ne trouvez pas ? Qu’est-ce que cela nous dit sur la crédibilité accordée aux femmes lorsqu’elles parlent ? 

On répète sans cesse aux femmes des beaux slogans et des phrases creuses comme « On vous croit » ou « Allez-y, dénoncez ! ». Même le premier ministre François Legault « invit[ait] toutes les victimes à dénoncer » vendredi dernier. Facile à dire. 

Dans les faits et la réalité, bon nombre de ces femmes ne sont pas crues lorsqu’elles dénoncent leur agresseur. Pire, on sous-entend bien souvent qu’elles l’ont sans doute cherché, peut-être même souhaité, comme si toutes les femmes ne demandaient qu’à être touchées, embrassées, pénétrées contre leur gré. 

Qui plus est, que ces agresseurs évoluent dans le milieu de l’humour, des arts, du hockey, des sports en général ou bien de l’ingénierie, étrangement, on semble trop souvent s’en faire beaucoup plus pour leur « carrière » à eux que pour les gestes posés et les profondes blessures que subissent les victimes. Ces femmes ont pourtant elles aussi des carrières. 

On a beau être au XXIe siècle, manifestement, il reste encore beaucoup de travail à faire pour changer les mentalités et reconnaître l’ampleur du problème des inconduites et des abus sexuels, comme celui de toucher les femmes sans leur consentement, voire de les violer « en gang »

Répétons-le clairement : les femmes ne sont pas des objets. Et ça, c’est pas des farces. 

-----

Photo : Sylvie Marchand, « Violées rapidement par des bons gars, traumatisées longtemps », manif au Palais de justice après l’absolution de l’agresseur reconnu Simon Houle par le juge Matthieu Poliquin, Montréal, 10 juillet 2022

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en

Pour en finir avec Cendrillon (2)

Pour clôturer leur saison 2022-2023 en grand, les Grands Ballets canadiens de Montréal nous proposent un autre classique insupportable, sexiste et passé date, un « ballet classique chatoyant », un « spectacle magique pour toute la famille », Cendrillon . Ben voyons donc.  Il existe maintes versions de ce conte très ancien, inspirant différents films, ballets, pantomimes et opéras. Plusieurs œuvres chorégraphiques ont vu le jour durant les périodes préromantique et romantique du XIXe siècle, il y a de cela plus de 200 ans. Et le ballet Cendrillon qui s’inscrivit au répertoire classique, sur la musique de Sergueï Prokofiev, est lui aussi basé sur le conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du XVIIe siècle et repris par les frères Grimm au XIXe siècle. Déjà, ça part mal.  Bien connu du grand public, le récit met en scène une orpheline, petite « chatte des cendres » qui, grâce à ce mariage avec un prince charmant, parvient enfin à se sortir de la mi