Passer au contenu principal

Animal social et satisfaction


On le sait, l’être humain est un animal social. Et maintenant on sait également que si vous lui coupez son tissu social, même très mince, il redevient vite ce qu’il est essentiellement : un simple animal avec des besoins de base. 

Après une année de confinement, de distanciation physique et de règles sanitaires strictes à suivre, le naturel animal revient vite au galop, voire coure à toute vitesse, les jambes au cou. Les sauvages sont encore plus sauvages. Les arrogants sont fièrement arrogants, condescendants et méprisants. Les gossants gossent davantage. Les bullies intimident de plus belle. Les êtres les plus fragiles et vulnérables régressent  à vue d'oeil et périclitent, faute de stimulation. Et ainsi va la vie. 

Pour le reste, nos vies se résument à la satisfaction de quelques besoins vitaux, sans beaucoup plus.

Le mirage de la satisfaction 

Les Rolling Stones chantaient Satisfaction. I can’t get no satisfaction. Non, il n’y a pas de satisfaction. 'Cause I try and I try and I try and I try.

La satisfaction est à la fois la chose la plus fondamentale et la plus éphémère qui soit dans l’existence humaine. C’est comme une histoire d’un soir, le summum de l’extase, la jeunesse, un coup de foudre, un amour passionnel, une étoile filante. Ça passe, pis c’est reparti. Tout de suite après, ça y est, c’est fini. 

De nouveau insatisfait, l’organisme humain cherche à combler ce vide, cette frustration permanente sous-jacente à son existence, en reproduisant ces brefs moments de satisfaction. Il faut vite retrouver l’apogée, éprouver momentanément le plaisir de la satisfaction. Certains individus sont très rapidement satisfaits, d’eux-mêmes bien souvent, malheureusement. 

Les êtres humains sont donc sans cesse en quête de satisfaction. Et ça, les « marketeux » l’ont bien compris. C’est pour cette raison bien précise qu’on nous bombarde constamment de publicités, de promesses de satisfaction, de bonheur et de félicité que les bébelles prétendent apporter : « On va leur créer des besoins qu’ils auront le sentiment de combler avec nos beaux produits, et voilà, le tour est joué, ils vont ressentir de la satisfaction une nanoseconde, et ensuite, que vont-ils faire tout de suite après, ces abrutis ? – cela a été observé et démontré maintes fois en laboratoire avec des animaux – eh bien, ils vont recommencer et acheter d’autres produits, encore et encore. C’est sans fin, les amis ! On va être riches à l’infini. » 

Oui, la satisfaction, en ces temps modernes individualistes et ultra-capitalistes, vient habituellement avec un prix. 

La plus récente vague de satisfaction de masse, ces temps-ci, depuis le début de cette mautadite pandémie, un véritable tsunami, c’est de recevoir des colis : « Regarde Sylvie ! J’ai reçu un autre beau colis ! C’est comme Noël tous les jours, ici ! Ouvrir un colis, c’est comme recevoir des cadeaux, tu comprends, d’autant plus que je ne me souviens même plus ce que j’ai commandé en ligne ! C’est une surprise ! » 

« Hum, hum. » Bravo championne, que je me dis. Si tu te payes un « Noël » chaque jour, en déballant des beaux « cadeaux » que tu as toi-même achetés sur le Net, ton vrai Noël doit être plate en simonac, pas vrai ? 

Mais c’est comme une drogue, cette surconsommation matérielle pour combler le vide existentiel, afin de se sentir, ne serait-ce qu’un très court moment, satisfait. Ça en prend un peu plus chaque fois pour obtenir la même dose de dopamine, une infime décharge de neurohormone du plaisir. Tu consommes, tu consommes, tu consommes, mais où, bon sang, est la satisfaction ? 'Cause I try and I try and I try and I try, I can't get no, I can't get no, I can't get no satisfaction. Hey, hey, hey.

Alors tu recommences et surconsommes des bébelles et des produits. Tu accumules du stock ou bien les jettes à la poubelle, bref, tu consommes à la pelle pour un peu de satisfaction, de piquant et d’excitation dans ta vie. 

Sauf que ta surconsommation de bébelles matérielles, ma belle (pis mon beau), nuit à tout le monde, tu comprends ? Le monde entier, oui. Ta surconsommation est nuisible à tous, nous détruit tous, la planète périclite. Et non, ma chérie, il n’y a pas et n’y aura pas, jamais en fait, de satisfaction, ni dans cette vie-ci, ni dans l’autre. Hey, hey, hey, That's what I say

Et pour les autres qui n’éprouvent aucun plaisir ni satisfaction à consommer des cossins, on se sent plutôt comme Baarack, ces temps-ci, pas l'ancien président américain mais bien le mouton sauvage australien libéré de son pelage dernièrement. Qu’arrive le printemps qu’on sorte nous aussi de notre baraque et de cette lourdeur pandémique de confinement, se faire trimer un brin, se mettre belle pis beau, courir voir d'autres animaux.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en