Passer au contenu principal

La Grande Bibliothèque (en zone rouge)


Lorsque le gouvernement du Québec a annoncé de nouvelles restrictions pour contrer la propagation du coronavirus, s’appliquant dès le 1er octobre dernier, il avait alors affirmé que les bibliothèques seraient fermées. 
« Noooooon ! » Mais dès le lendemain, notre PM (tant aimé du peuple québécois) François Legault corrigeait le tir : on pourrait encore emprunter des livres. « Yé ! » 

 Je me suis néanmoins empressée de réserver plusieurs titres, de peur qu’il change d’idée et de me retrouver sans bouquin pendant des mois comme ce qui fut le cas durant le Grand Confinement – j’ai lu le même livre trois fois. 

Je suis donc allée chercher ces précieuses réservations. Et laissez-moi vous dire que ce fut la totale, mesdames et messieurs, en matière de sécurité. 

D’abord, il vous faut réserver vos livres à distance, grâce à votre dossier et votre carte de membre, pas moyen de fouiller ou de bouquiner sur place, en 
« présentiel ». 

Une fois la confirmation des livres réservés reçue, vous vous présentez (masquée) à la porte principale où un commis de la bibliothèque (masqué lui aussi) vous interroge : 

« C’est pour un retour ?
- Non, je viens chercher mes réservations. 
- Vous avez reçu une confirmation ? 
- Oui, mon cher monsieur. 
- D’accord, c’est bon, vous pouvez y aller. 

Vous pouvez alors procéder… 

Vous ouvrez la porte principale de la Grande Bibliothèque derrière laquelle se trouve une agente de la sécurité qui vous questionne, à deux mètres de distance, juste à côté du désinfectant obligatoire : 

« Vous avez des symptômes de la COVID-19 ? Toux ? Fièvre ?
- Rien, madame, je vous le jure ! 

Elle vous ajoute alors à son compteur de personnes, « clic ». C’est bon, vous pouvez procéder… 

Vous pénétrez ensuite dans ladite bibliothèque où un autre commis vous indique de passer au comptoir avec votre carte. Cet autre employé vérifie que vous avez bel et bien des livres réservés, que ce n’est pas juste du niaisage, votre affaire. 

- C’est bon vous pouvez vous rendre dans la section "réservation". Et gardez votre carte de la bibliothèque dans la main…
- D’accord. 

Vous procédez… 

Des lignes claires et des belles flèches blanches tracées au sol vous mènent droit à un autre commis de la bibliothèque, installé derrière une autre table et un autre plexiglass qui bloque le passage habituel vers les rayons « réservations » pendant qu’une autre employée, elle, surveille, s’assurant sans doute que vous ne gossez pas à gauche ou à droite. (De toute façon, il n’y a plus rien, pas de mobilier, pas de chaise, pas de table, pas de livre, rien. Ils ont tout retiré.) 

« Bonjour, je viens chercher mes réservations. J’ai déjà été contrôlée, monsieur, je vous l’assure. » 

Pas de joke à faire ici, svp, c’est du sérieux. Monsieur va chercher les livres qu’il vous remet de l’autre côté des rayons, question de former ainsi une boucle de circulation et non de revenir sur vos pas. 

« Merci ! » 

Vous suivez à nouveau les flèches, ce long corridor sécuritaire tracé au sol vous menant maintenant droit au comptoir d’emprunt avec un autre employé derrière son plexiglass qui procède à la transaction. Pas de poste d’emprunt autonome disponible. C’est fini, le libre-service. 

« C’est de la sécurité, ça, monsieur, non ? 
- Ouais. 
- Pas de niaisage, on est en zone rouge. 
- (…) 
- Vous vous sentez en sécurité, vous, monsieur, à travailler dans ces conditions? 
- Oui, très en sécurité. 
- Good. Parfait. Merci à vous et bonne fin de journée. 

Vous pouvez maintenant procéder vers la sortie… 

Une autre agente de sécurité est là, à la porte, et s’assure que vous quittez bel et bien la bibliothèque en suivant correctement les flèches, tout en cliquant sur son compteur de personnes – « clic ! » 

« Merci et bonne fin de journée ! » 

Vous pouvez maintenant procéder vers la vraie porte menant à l’extérieur… 

« Heille, c’est de la sécurité, cette bibliothèque en zone rouge, pas vrai ?, lançais-je à cette autre employée de la sécurité, à côté de la sortie officielle. 
- Oui madame. 
- C’est super. Merci à vous et bonne fin de journée ! » 

Une fois sur le trottoir, en quittant cet édifice hautement sécurisé, je pensai à ce périple à Cuba, à Guantánamo – pas la base militaire elle-même bien entendu, mais la ville sur le territoire cubain –, d’où émerge une longue route ponctuée de nombreux postes de contrôle alors que vous tentez de vous rendre à Caimanera, village « frontière » avec la base militaire américaine, séparée par une baie. Bonne chance. 

Mais en attendant de repartir à la découverte du monde et de ces endroits insolites, ne fermez surtout pas les bibliothèques publiques. Car, pour plusieurs d’entre nous, c’est présentement notre seul vrai contact avec le monde externe, notre unique lien avec la bulle d’un autre être humain, tout comme notre seule possibilité de voyager en toute sécurité.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en