Passer au contenu principal

Christophe le philosophe


On va l’appeler Christophe, car il serait sans doute fâché de savoir que j’ai écrit à propos de lui en utilisant son vrai prénom. C’est l’homme le plus sauvage, marginal et en retrait, pour ne pas dire « déconnecté » de la société que je connais, et ce, en plein centre-ville de Montréal, pas dans un shack quelque part dans le bois.

Pas de Facebook, pas de réseaux sociaux, pas d’ordi, pas même de téléphone. Il ne vote pas, ne lit pas les journaux, croit en toutes sortes de théories complotistes (mais passons) et sait à peu près ce qui se passe au Québec, comme ailleurs dans le monde, en discutant avec des gens qu’il rencontre ici et là.

Son temps, lui, il le passe à lire :

« Combien d’heures lis-tu par jour, "Christophe" ?, lui ai-je demandé au printemps dernier.
- Ah mon doux, je dirais en moyenne 8 heures par jour.
- Huit heures !
- Environ. Ça, c’est une bonne journée de lecture. Des fois, c’est plus, des fois, c’est moins.
- C’est ça, ça te donne une moyenne… »

Je le surnomme « Christophe le philosophe » car, chaque fois que je le croise, il a un bouquin de philosophie entre les mains. « Non, non, je ne suis pas un philosophe, rouspète-t-il sans relâche. Je suis un élève, un étudiant. »

Il aime parler de ses lectures, de ses réflexions sur différents sujets, de Platon, Nietzsche, Aristote, Kant, Schopenhauer (son préféré, du moins dernièrement), et j’en passe, en plus d’avoir lu l’œuvre complète du psychanalyste Carl Gustav Jung qu’il adore. En contrepartie, il déteste Freud pour mourir. « Je ne peux même pas lui voir la face ! »

Ces lectures alimentent son esprit et tous ces philosophes sont en quelque sorte ses pères (et quelques mères) spirituels. Il médite sur ces penseurs, tels des personnages, tard le soir, il en rêve même la nuit.

Car Christophe a eu une enfance de merde – et je ne dis pas ça à la légère. Sa mère biologique a profité de lui et l’a exploité de toutes les manières inimaginables. Pour résumer la situation avec sa mère et le beau-père, il n’hésite pas à dire : « J’étais "l’esclave" de service. » (Il a d’abord utilisé un autre terme pour ensuite corriger le tir.)

Durant dix années consécutives, il a connu autant de « foyers d’accueil » où il a, chaque fois, été abusé physiquement, psychologiquement et sexuellement. « Quand tu arrives dans une nouvelle place, tu es comme une brebis parmi les loups », raconte-t-il.

Une fois devenu adulte, la suite n’a pas vraiment été beaucoup plus facile. Comment voulez-vous faire confiance à l’humanité quand tout ce que vous connaissez, de fait, depuis votre naissance, c’est l’abus, l’exploitation et nombreux prédateurs, à commencer par vos propres géniteurs.

Un soi-disant « thérapeute » (ou pseudo-gourou-guérisseur) aurait également profité de lui, de ses vulnérabilités et de sa situation, il y a de cela quelques années, pour l’escroquer. Mais de ça, il ne veut pas trop en parler. « Mais cet homme, Christophe, ce soi-disant "intervenant/guérisseur", il travaille encore ? Il fait toujours des "thérapies" de groupe avec des gens qui cherchent de l’aide ? » « Oui », affirme-t-il.

Christophe a également travaillé, dans le passé, comme chauffeur de camion. Et comme camionneur, vous imaginez, il était constamment sur la route, sans réel point fixe.

Car « Christophe le philosophe » est en fait itinérant depuis plusieurs années. Il se promène dans la métropole avec un livre dans les mains, sa vie qui tient dans un pack sac et ses souvenirs infantiles cauchemardesques sur le dos.

Son budget pour se nourrir est de trois dollars par repas – essayez ça pendant quelques jours – et, cela va sans dire, il ne peut pas cuisiner. « Tu ne peux pas cuisiner et tu ne peux rien conserver, alors, les choix sont assez limités. » Et comment.

Même lorsqu’il lit ces livres de philosophie qu’il emprunte à la bibliothèque, Christophe, 46 ans, ne reste jamais longtemps au même endroit. Il doit changer de lieu après quelques heures de lecture. « Faut que je change de place. » Je crois que c’est plus fort que lui. L’errance, être constamment en mouvement, sans domicile ou lieu fixe où se déposer sereinement, c’est pas mal tout ce qu’il a connu toute sa vie.

Depuis la première neige, je ne l’ai pas revu…

*** 
En lien : Un enfant des services sociaux sur cinq vit une forme d’itinérance de Jean-François Nadeau, Le Devoir, 20 nov. 2019.
*** 

« La plupart des hommes sont tellement personnels qu’au fond rien n’a d’intérêt à leurs yeux qu’eux-mêmes et eux »
- Arthur Schopenhauer (1788-1860), dans Parerga et Paralipomena (1851)

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en