Passer au contenu principal

Et maintenant quoi ?



Montréal, vendredi 27 septembre 2019 / Grève mondiale pour le climat - Dès 10h30, je savais que ce serait une manif monstre. Il y avait déjà des gens, des pancartes et des drapeaux en mouvement, tant en sortant du métro qu’au point de rencontre.

Vers 11h00 toutefois, au pied de la montagne, mon excitation chuta drastiquement lorsque je croisai une dame avec ce portrait de Greta (voir photo ci-haut). « Ayoille ! »

« Ok, check ben ça, les gens sont là pour voir Greta… », pensais-je, en beau fusil.

Des gens sortaient de leur bureau, au centre-ville de Montréal, espérant la voir et la prendre en photo : « C’est pour ma fille, affirmait l’une d’elle, elle tripe vraiment sur Greta ». Hum, hum…

À la toute fin de la marche, j’ai croisé une dame de 65 ans qui était là pour voir Greta. Une autre, elle, allait s’évanouir, c’est certain, quand la jeune militante suédoise apparut sur le grand écran. « Make the World Greta Again », clamaient quelques pancartes d’anglophones… (un slogan aperçu ailleurs dans le monde, soit dit en passant), bref, Greta par-ci, Greta par-là…

Oui, je sais, je chiâle constamment qu’il n’y a pas de mobilisation dans ce pays, que les gens sont individualistes, et là, on a eu droit à une manif monstre, dite « historique », 500 000 personnes. C'est vrai que c’était beau à voir, c'était même touchant, émouvant…

Or, historique, cette marche le sera seulement si elle a un impact direct sur les décisions de M. Legault et que son gouvernement caquiste décide d’agir concrètement. Maintenant. Ça reste à voir.

Pour le reste, à mes yeux et à mon pif à moi (et croyez-moi, il est particulièrement imposant), ça sentait « la grosse mode », cette mobilisation, tout simplement. Oui, c’est devenu une mode, en particulier chez les jeunes, de parler d’environnement, de s’en préoccuper, d’en faire un enjeu de société, de faire comme Greta, « à la Greta », comme nombreux d’entre nous avons imité Michael Jackson…

Et évidemment, ça prenait donc une vedette pour mobiliser les gens, pour créer un mouvement populaire – pas dans le sens de « issu du peuple », mais plutôt « tout le monde capote là-dessus alors moi aussi ».

Et pas une vedette d’ici, non, non… Ça prenait un symbole beaucoup plus « exotique », en l’occurrence une jeune femme venue de la Suède, un pays qui ressemble au nôtre - sauf que nous avons du sirop d’érable nous autres (c’est elle qui l’a dit dans son discours) -, une jeune fille, donc, idéalisée, propulsée dans l’imaginaire comme dans l’inconscient collectifs, catapultée au rôle de sauveuse, de Jeanne d’Arc, de missionnaire venue sur Terre pour la sauver, justement… ainsi que nous tous.

Car les êtres humains, psychologiquement comme psychiquement, ont sans cesse besoin d’être sauvés par quelqu’un d’autre, pas d’agir, pas de s’impliquer, pas de lutter, simplement d’être sauvés par un être externe à eux-mêmes, un symbole, une figure de proue (en plus, elle est venue en Amérique en bateau) qui portera à elle seule le fardeau de la bataille.

C’est également pour cette raison, qu’au Québec, on cherche encore notre René Lévesque à nous. D’ici là, non seulement il n’y aura pas d’indépendance, dans ce pays, mais on n’en parlera même pas.

Rappelons que Jeanne d'Arc est morte sur le bûcher à l'âge de 19 ans. Je souhaite donc bonne chance à Greta.

-----
Photo : Sylvie Marchand, « La dame qui tripait (fort) sur Greta… », Montréal, 27 septembre 2019. (Notez que l'image ci-haut a été tronquée pour préserver l'anonymat de la dame en question.)

Visionnez le documentaire Nous sommes le changement et le changement s'en vient de Mario Jean.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en