Passer au contenu principal

« Who do you think you are? »


Combien d’individus se font rabrouer par des commentaires comme « Tu te prends pour qui toé au juste ? », ou encore, yes mam, « Who do you think you are ? ». Sous le couvert d’une question, il s’agit en réalité d’une affirmation maquillée. Lumière sur cette tactique relationnelle du dominant.e-dominé.e.

De domination-soumission à relation égalitaire 
La relation de domination existe dans nombreux rapports animaux, et donc humains, tantôt entre les espèces - le chien chasse le chat, le chat la souris, alouette –, tantôt à l’intérieur d’une même espèce.

Entre les individus, comme entre les sexes, ce rapport de force peut aussi bien être musculaire, et donc physique, que psychologique, ce dernier surgissant bien souvent, mais non exclusivement, d’une relation d’autorité déjà existante; un entraineur envers ses joueurs ou athlètes, une professeure envers un élève, un député et une stagiaire, une patronne envers un employé, you get the gist.

Or la relation dominante, elle, débute lorsque le pouvoir de l’un sert à brimer les droits et libertés de l’autre, entre autres d'un subordonné, incluant ceux d’expression. « Tiens ça mort », par exemple, « n’en parle à personne, sinon… », ou « ferme ta gueule » carrément.

Et lorsque quelqu’un vous lance « tu te prends pour qui toé là? », en réalité votre interlocuteur ou interlocutrice remet en question votre propre légitimité à parler. Cette personne considère d’entrée de jeu que vous n’avez pas le droit de vous exprimer, de vous prononcer, de répliquer… « Circulez, y’a rien à voir, ce n’est pas de vos affaires. »

Dans de telles circonstances, mieux vaut encore se lever, partir, quitter les lieux, ne pas répondre ou passer à un autre appel. On ne peut discuter, encore moins négocier et trouver un terrain d’entente, avec quelqu’un qui croit que vous n’avez pas droit de parole. Pour être entendu, il faut tous les deux être sur un même pied d’égalité. Et ce que cette personne tente irrévocablement de faire, insidieusement, subtilement ou pas du tout, c’est de vous remettre « à votre place », en position de soumission, de subordination.

Que reste-t-il à faire? Abandonner la bataille? Pas du tout.

Quelques options s’offrent toujours à nous, entre autres, acquérir du pouvoir (il existe maintes voies possibles), les faire descendre de leur piédestal – rien de mieux que le plancher des vaches -, ou encore protester crânement, fort et souvent préférablement, déranger s’il le faut, et ainsi se montrer insubordonnable.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le sot dimanche

Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la pr…

Avez-vous dit l'hypocrisie des Grands Ballets ?

Hypocrisie des Grands Ballets ? Quoi ?! ... Eh oui, le vrai mot est enfin sorti du sac. Il émerge glorieusement de cette ombre lourde et oppressante qui n'a d'égal que le rayonnement de la prestigieuse institution québécoise internationale, les Grands Ballets canadiens de Montréal. Un poids tellement grand affligeant une communauté de danse et de chercheurs que plusieurs préfèrent se taire ou témoigner sous le couvert de l'anonymat, démontrant par là même la toute-puissance que s'est accordée une compagnie de ballet classique qui abuse de sa notoriété, de sa réputation, de cette image féerique aveuglant lamentablement le public, construite à coups de fabuleuses campagnes de propagande (leur "ode à la femme", mon œil en est un autre bel exemple), de beaux discours creux et arrivistes, tout ça pour doubler les opportunités de financement (arts et santé ensemble, c'est payant) et ainsi Faire bouger le monde. N'importe comment.Business as usual, quoi, enc…

Lean in ?

Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix » alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais…