Passer au contenu principal

Les sondages, les leaders et le peuple


Le dernier sondage Ipsos-La Presse confirme les avancées de la CAQ en vue des prochaines élections au Québec. Même si les jeux sont loin d’être faits – nombreux sondages se sont révélés peu fiables dans le passé -, une portion des résultats apparaisse néanmoins fort intéressante, voire significative, la perception du peuple envers les chefs potentiels : « un électeur sur cinq (21%) préfère choisir "aucun d’entre eux" et 17% demeurent indécis. »

Trente-huit pour cent des Québécois-es hésiteraient donc face aux leaders potentiels (c’est beaucoup), tandis que l’appui à la souveraineté, lui, tournerait autour des 31% (c’est peu).

Le peuple et son chef… Ça fait penser à Pierre Falardeau qui, en 1994, écrivait ceci : « Comme si la lutte de libération nationale n’était pas en soi, un projet de société. Le bateau coule et des passagers veulent discuter de l’aménagement intérieur de la chaloupe. Ramons câlice ! On discutera ensuite de la couleur de la casquette du capitaine ou de la forme des rames. L’indépendance n’est pas le paradis. Ce n’est pas la solution à tous les problèmes. Mais il s’agit de choisir enfin. Ou le statut de nation annexée à jamais, ou la liberté. (…)

» "Oui mais j’aime pas le capitaine. Il est trop gros. Il est trop souriant. Pas assez près du peuple. Trop intellectuel. Trop à gauche. Trop à droite. Trop ceci. Pas assez cela."

» Décidément, notre recherche d’un messie ne nous quittera donc jamais. On cherche encore un chef. On a besoin d’un chef pour nous dire quoi faire. Mais on s’en crisse du chef. L’important, c’est ce qu’il y a dans la tête et dans le cœur des matelots. S’il n’y a rien, tant pis. Mais s’il y a une volonté à toute épreuve, une détermination sans faille, une vision claire, le chef va suivre. L’important, c’est l’équipage, le peuple, pas le chef. L’important, c’est chacun de nous.

» Nous sommes prisonniers de notre propre lâcheté, de notre propre paresse. Prisonniers de notre mollesse, de notre faiblesse, de notre insignifiance, de notre manque de créativité. Notre pire ennemi est en nous. Les barreaux sont dans nos têtes. Nous traînons nos boulets dans nos cerveaux. Les murs de notre prison sont dans nos têtes.

» D’abord sortir de prison. D’abord arracher les barreaux. Le reste, on verra plus tard. La liberté d’abord. La liberté tout de suite. La liberté. Ou la mort. » (1)

La question se pose : que se passe-t-il dans la tête et le cœur des matelots? Sommes-nous condamnés à un minable tant pis ?

-----
(1) Extrait du texte On ne fait pas l’indépendance avec des ballounes et des airs de violon, dans La liberté n’est pas une marque de yogourt (Typo, 2009).

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…