Passer au contenu principal

Les narcissiques sont parmi nous (2)


L’accès à La Presse + nécessitant une maudite tablette que je ne possède pas, j’ai développé, depuis quelque temps déjà, une longue et fastidieuse « tactique de recherche des pauvres » - nécessité et inventivité seront toujours de joyeux compères - qui consiste à parcourir les réseaux sociaux de ce monde, notamment de nombreux journalistes et personnalités publiques, en quête de quelques précieux articles, chroniques, opinions et informations.

Quelqu’un a-t-il dit accès à l’information ? …

Bref, ce long exercice de fouille acharnée impliquant plusieurs détours dans l’espace virtuel « des internets » m’expose à toutes sortes d’infos inutiles, futiles, voire TMI comme diraient les jeunes, too much information.

Cette pénible technique d’accès à l’information journalistique (ça sonne bizarre, vous ne trouvez pas?) m’a fait découvrir un monde dont j’imaginais l’existence mais n’avais jamais observé d’aussi près, n’étant pas active sur les réseaux sociaux, soit l’univers égocentrique de la vedette journalistique… Oh boy.

Pas tous, soyons clairs, mais dans nombreux cas, ça ressemble à beaucoup d’autopromotion accompagnée d’innombrables photos du moi en question : je suis là, j’existe, aimez-moi oui, likez-moi.

Et ça gazouille pas à peu près…

J’ai écrit ceci.
Untel a mentionné que j’ai effectivement écrit cela.

Je suis ici.
Machin-chose a remarqué que j’étais bien là.

Je passe à la télé.
Chose Binouche aime que je sois à la télé (avec une image de la personne à la télé).

Aïe, aïe, aïe… Vraiment? On est rendus là dans « l’évolution » humaine? Des journalistes vantant leur propre présence ici et là plutôt que de diffuser de l’information?

Le vedettariat, ce besoin irrépressible d’être ou de devenir une célébrité avec beaucoup de « like », de « j’aime » et de « suiveux » afin d'éventuellement porter une lettre de catégorie A, B, C, etc. - comme de la viande là, vous me dites ? - est un fléau qui pousse la société à sa dérive.

Même qu'aux dernières élections municipales à Montréal l'automne dernier, plusieurs journaux ont présenté le profil des deux candidats à la mairie en mentionnant leur nombre « d’amis » Facebook et de « suiveux » sur leur fil de gazouillement respectif, comme s’il s’agissait là d’une donnée pertinente.

Un autre journaliste, lui, des Francs-tireurs celui-là, a reproché à Mme Valérie Plante le faible nombre de « suiveux » sur son compte Twitter, concluant l'entrevue « c’est gênant ». Aussi « impopulaire » pouvait-elle paraître, madame Plante a néanmoins remporté la victoire. Qu’est-ce que le nombre de « suiveux » vient faire dans tout ça, ou encore l'appui de certains éditoriaux?

Les médias d'information sont de plus en plus déconnectés de la vraie réalité, celle des gens ordinaires - vous vous souvenez de ces gens, non? - qui aspirent à bien d'autres choses que de devenir une simple vedette pour qui la contemplation de soi-même est reine et maîtresse.

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…