Passer au contenu principal

Tout le monde en parle (pas)

Jeudi 8 mars dernier, je suis rentrée complètement avachie de cette soi-disant manifestation des femmes à Montréal. Après avoir distribué mes tracts et achalé une fois de plus Manon Massé avec mes maudits dossiers – Manon! Manon! Manon! – j’ai pris la direction métro Côte-des Neiges, gelée comme un rat, mais surtout découragée par tous ces frêles slogans scandés avec peu d'ardeur et (beaucoup trop à mon goût) en anglais. (Faut dire qu’on avait eu une belle le 24 février dernier – Dehors Barrette!, organisée par les solidaires, durant laquelle la foule était animée et les esprits allumés. Es-tu belle ma pancarte?)

Une fois chez nous, bref, j’ai avalé mon restant de General Tao et me suis précipitée comme une belle dinde sur la liste des invité-es de la populaire émission Tout le monde en parle, à savoir quelles féministes porteraient fièrement le flambeau de la Journée internationale des femmes durant le fameux rendez-vous dominical, question de me redonner espoir et ainsi me réchauffer le cœur, les cuisses et les orteils.

Ma température corporelle a effectivement monté d’un cran lorsque j’ai constaté que le féminisme n’était pas au menu et, comble de l’ironie, qu’une seule femme apparaissait au programme… (voir « Ode à la femme », mon œil, la chronique de Nathalie Petrowski Cherchez la femme (et ne pas la trouver) ainsi que le segment Le féminisme comme outil de marketing diffusé jeudi à l'émission Dans les médias).

« Ah ben simonaque, ai-je pesté toute la soirée comme une belle tarte (j’étais rendue au dessert), mais c’est quoi ce pays de merde qui n’en est pas un ?! »

Avoir été Espagnole, c’est certain, j’aurais fait la grève et ressorti ma casserole, mieux encore, Catalane, et proclamé alors haut et fort notre indépendance. Mais étant Québécoise, on doit forcément attendre le printemps avant qu’il ne se passe quelque chose dans ce pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver, afin que le peuple québécois se réveille, se lève, dégourdisse ses membres, s'indigne, s’échauffe les sangs, voire s’enflamme, et s'extirpe enfin, du moins on l’espère, de sa grande torpeur.

Il y a tant à faire 
Et ce n'est pas ridicule 
C'est comme si c'était facile 
S'immiscer dans la lumière 
Une longue nuit de l'hiver 

Il y a tant à faire... 

Chanson de Daniel Bélanger - (Ré)écoutez sa toune; ça réchauffe l’âme en attendant, qui sait, un éventuel printemps révolutionnaire. La colère ne gronde-t-elle pas chez vous?

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…