Passer au contenu principal

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile


L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée le jour même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment ? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits ? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec un message et des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, dont tout le monde parlait pourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en trouver quelques-unes, des féministes radicales, des « moyennes » ou même juste celles qui le sont « à [leur] manière », afin de discuter des vrais enjeux qui touchent et préoccupent largement les femmes, comme les conditions socio-économiques des Québécoises sous l’interminable « règne » néolibéral, les élans natalistes de la CAQ, le sexisme de nombreux organismes recevant pourtant des fonds publics et leurs maudits Boys Clubs (kof, kof), l’instrumentalisation, la récupération, voire la commercialisation du mouvement des femmes, le système judiciaire déficient face aux besoins des victimes d'agressions sexuelles, ou même absent pour les femmes autochtones, les conditions de travail insensées, inhumaines et précaires du personnel (majoritairement féminin) dans les milieux de la santé, de l’éducation, de la culture, etc. - conditions qui ne seraient jamais tolérées ou même concevables dans les secteurs masculins (pensons seulement aux sports professionnels, aux créateurs de jeux vidéo ou au domaine des finances), bref, la liste est longue, les sujets d'intérêt public ne manquent pas, seules les opportunités d’en débattre véritablement sur la place publique.

Tout le monde en parle est sans conteste une émission phare au Québec, voire le reflet de notre société. Et cette dernière émission nous démontre à quel point au Québec, on parle, parle, jase, jase, mais les choses changent très peu dans le fin fond de l'inconscient collectif, et à la vitesse du paresseux par-dessus le marché, les femmes brillant constamment par leur absence (voir aussi Lab-école, trouvez l’erreur). Et cette violence sourde et insidieuse qui tapisse inexorablement les murs symboliques et psychiques de notre société s’appelle la misogynie, un vil et pernicieux mépris des femmes, trop souvent fardé par de belles campagnes de marketing et d'auto-promotion, si ce n'est carrément la réduction au silence.

En fait, cette émission ressemblait drôlement au dernier Bye bye - le gros ego de M. Simon-Olivier Fecteau en moins -, une autre belle occasion ratée. Et en plus on devait encore se taper M. Patrick Lagacé plus six autres hommes alors qu'une seule femme prenait la parole. Mais où sont les femmes qui brassent, bon sang, à la télévision ? (Deux hommes en or, deux femmes invisibles).

Et comble de ma frustration ce matin, M. Richard Therrien donne sa belle étoile à l’astronaute... Hey, chers hommes blancs des médias, ça ne vous tenterait pas de revenir sur la planète Terre? On jase là.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en