Passer au contenu principal

Scientia potentia est


Si savoir c'est pouvoir, les indigents ne sont pas près de reprendre du poil de la bête et de se sortir de leur situation merdique. Non seulement le fossé, on le sait, ne cesse de se creuser entre les pauvres et les richissimes, mais en plus, seuls les opulents, les riches entreprises et la fameuse classe moyenne intéressent les décideurs, les politiciens et autres puissants acteurs de l’économie.

À ce propos, le philosophe Alain Deneault écrit, dans Politiques de l’extrême centre (Lux, 2016) : « Il n’y aurait lieu d’exister diversement que dans la "classe moyenne". Ainsi, un lecteur assidu de La Presse ou un fidèle de Radio-Canada ignore toujours de quoi est fait le quotidien d’un assisté social au Québec. Comment se débrouille-t-on avec un revenu de 623 dollars par mois, qui plus est dans le mépris généralisé? »

On l’expliquerait volontiers, mais la réalité est, justement, que tout le monde s’en fout éperdument. L’indifférence, voilà la réelle violence.

J’ajouterais par ailleurs que l’inverse est aussi vrai. L’assisté social et les pauvres en général ne savent plus de quoi est fait le quotidien La Presse, les dossiers « chauds » et nombreux articles des chroniqueurs vedettes étant dorénavant réservés à La Presse+, dont l’accès nécessite une tablette électronique.

« Pis ça! What's the big deal? », lanceront certains. Cela en surprendra peut-être quelques-uns, mais un panier de denrées périmées coûtant généralement 3$ au centre d’aide alimentaire de votre quartier, qui, bon sang, a les moyens d'avoir une tablette après avoir payé le loyer, l'électricité et, lorsque possible, quelques titres pour le transport en commun. Nos ordis ne datent pas d'hier, et non, on a ni le dernier iPhone ni le premier. Bref, la question n'est pas, chez les prolétaires, En as-tu vraiment besoin? mais bien En as-tu les moyens?. La réponse est non. D'entrée de jeu, le dossier est réglé. Pas besoin d'un livre comptable pour nous l'expliquer.

Or contrairement aux milléniaux, vers qui se dirige systématiquement l’information apparemment, certains d’entre nous allons toujours vers elle, la vraie, celle vérifiée deux fois plutôt qu'une. Fuck Facebook et les médias qui manquent de rigueur, répandant leur poudrerie explosive approximative sur les réseaux sociaux.

Ainsi, les pauvres, opérant au quotidien sans tablette, sans câble et de moins en moins de journaux papier disponibles à la bibliothèque municipale ou au café du coin, ont droit à l’information publique et celle qu’on veut bien leur donner sur internet, entre autres exemples, 10 articles gratuits mensuellement dans Le Devoir - à consommer avec modération donc, freinant au maximum svp vos élans de curiosité.

Oui, on le sait, les modèles d'affaires ont changé, ont dû évoluer. Comme tout organisme vivant, il faut s'adapter pour ne pas mourir et disparaître de la chaîne alimentaire ou du marché. La précarité (on sait aussi ce que c'est) affecte plus que jamais les journaux et les médias écrits, se battant contre des géants américains qui engloutissent crânement les revenus publicitaires. On est pauvres, pas ignorants (enfin, pas totalement) d'où notre besoin, on l'espère, de se tenir au courant, de demeurer informé.

N'empêche. On milite sans cesse contre les frais accessoires dans le système de la santé et autres frais cachés qui pèsent lourds dans la balance des gens vivant déjà sous le seuil de la pauvreté qui en font constamment les frais (voir Le colon irrité, le côlon irritable et la coloscopie à 75$). Faudra-t-il également lutter pour avoir accès à l'information de qualité? Dans une société démocratique, l'information n'est-elle pas un besoin essentiel, le savoir, une nécessité?

Au final, la presse écrite n'a-t-elle pas tout simplement rejoint nos rangs, là où la survie, les iniquités et l’indifférence générale gouvernementale, voire le mépris absolu* des élu.e.s envers les plus vulnérables, est une affaire du quotidien. : :
---
*Notamment l'adoption de la honteuse loi 70 au Québec, le 10 novembre 2016, par 76 membres de l'Assemblée nationale (contre 26), dont MM. Philippe Couillard (Roberval), premier ministre du Québec, chef du Parti libéral et son groupe, et François Legault (Assomption), chef de la CAQ et ses blancs députés. « Un jour sombre pour la dignité des personnes assistées sociales », concluait Françoise David.

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…