Passer au contenu principal

Ce n'est pas mon genre

Après un automne enlevant pour le mouvement des femmes et la reconnaissance de nos réalités parfois tordues et hypersexualisées, voilà que la déception des derniers jours se mêle à l'espoir au féminin envisagé.

En effet, les membres de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) ont élu pour présidente une personne trans, et la vice-présidente, elle, (qui ne semble pas connaître l'Histoire) est pour sa part fièrement queer. Tant mieux pour vous autres, mesdames. S'assumer, c'est important.

Et voilà que le lendemain, on apprend que Québec solidaire (QS), le parti politique clairement féministe depuis sa création, a écarté de son discours « égalité entre les sexes » pour employer la formule « égalité et diversité des genres ». Ayoille.

Euh... vous excuserez, mesdames, le fait que je ne sois qu'une simple femme, née de sexe féminin, hétérosexuelle, blanche (grisâtre) qui plus est - sans doute rien de plus plate et de banal pour plusieurs par les temps qui courent -, mais je croyais sincèrement qu'il y avait déjà des groupes représentant les droits des trans et des queers, sous diverses appellations comme LGBTQ2+.

Je croyais également que le mouvement féministe était là pour défendre les droits des femmes, pas celui des genres.

Tomato, tomato? Pas vraiment.

S'il y a une chose essentielle qui distingue clairement les deux sexes, dans une perspective binaire, et entre lesquelles il existe effectivement un continuum de l'identité sexuelle, c'est bien la testostérone (on en reparlera un autre tantôt de cette fameuse neuro-hormone) dont on reconnaît scientifiquement les effets sur le comportement humain.

Et je continue de croire, aussi ordinaire cela puisse paraître, que la lutte des femmes doit être représentée par une femme qui a vécu ce qu'est le fait d'être de sexe féminin depuis sa naissance, avec 7 à 9 fois moins de testostérone dans le corps.

Ce n'est pas mon genre, mais là, FFQ et QS, vous venez complètement de me perdre.

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…