Passer au contenu principal

Le déclin de l'empire machiste


Le tsunami de dénonciations qui a déferlé sur le monde entier dans la foulée de l'affaire Weinstein met en lumière un phénomène, dont, personnellement, j'ignorais l'imposante prévalence, soit ce besoin irrépressible d'exhiber son précieux membre, voire se donner du plaisir devant de parfaites étrangères. Comme disent les milléniaux: « Yo man ! What the fuck, man ?! »

Ce glorieux phallus 
On a tellement édifié et glorifié le sexe masculin depuis le début des temps - pure autoproclamation, soit dit en passant - que plusieurs hommes semblent croire que les femmes souffrent effectivement de l'envie du pénis, désirant l'observer à tout prix, envieuses de leur appareil génital (voir également Le deuxième sexe et "l'envie du pénis"). Or, cela en surprendra peut-être certains, mais personne n'a envie de voir votre pénis sans consentement ou demande claire, encore moins à l'action, dans un pitoyable geste de masturbation publique.

Pour les exhibitionnistes - trouble sexuel défini comme « un besoin ou comportement actuel d'exposer ses parties génitales à d'autres personnes ou d'agir sexuellement en public », l'état de consternation et d'effroi suscité par un tel comportement non sollicité, serait source de gratification. Passons.

Mais que révèle plus précisément l'acte de se masturber devant ces victimes? Nul autre qu'un profond mépris, une véritable hostilité, une haine incommensurable des femmes, en plus de leur objectivation à son apogée:
« sois belle et tais-toi; je m'occupe du reste... poufiasse. »

Pour ces prédateurs, la présence seule d'une femme suffit à déclencher un comportement sexuel, voire criminel. On se calme la testostérone, s'il vous plaît. Comme le disait à propos l'humoriste Tiffany Haddish samedi dernier - première humoriste afro-américaine à animer Saturday Night Life (il était temps) -, « si tu sors ton machin-truc et qu'elle est encore habillée, you're wrong! »  Visionnez cet extrait (40 sec.)

Autrement dit, mieux vaut garder son pénis dans son pantalon. Ça fait vraiment plus professionnel.

Un retour du balancier?
Or dans l'oeil de cette tempête médiatique qui ravage tous les milieux - cinéma, politique, sports, etc. -, sommes-nous réellement en train d'assister à un revirement de situation, un changement d'époque, un véritable bouleversement des mentalités?

Les fruits du féminisme, maintenant plus que centenaire, sont-ils mûrs, prêts à être enfin cueillis et savourés pleinement par cette société du 21ième siècle?

Car non seulement un nombre effarent d'hommes abusifs tombent massivement - de haut, brusquement et très rapidement -, mais les femmes semblent s'élever, elles, en revanche, prendre du terrain, accédant progressivement au pouvoir. Plusieurs prennent la parole, s'expriment ouvertement (voir "NOW is female"). D'autres joignent les rangs du pouvoir, notamment lors des dernières élections municipales, il y a quelques jours à peine, où un nombre record de mairesses ont été élues au Québec, dont Valérie Plante, première femme à la tête de Montréal. (On fête le 375ième en passant.)

Et cette montée féministe ne semble que (re)commencer. Un autre début d'un temps nouveau, comme le chantait allègrement Renée Claude dans les années 70? Ou est-ce simplement que le karma... is indeed a bitch.

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…