Passer au contenu principal

Lab-école, trouvez l'erreur


Vous souvenez-vous des anciennes émissions de popotte au Québec? De Jehane Benoît, Suzanne Lapointe, Soeur Angèle, et bien d'autres encore? À l'époque, plusieurs disaient la même chose: des émissions de bonnes femmes, inintéressant, c'est quoi l'idée de faire des maudites recettes à la télévision, quel niaisage, et bien d'autres choses encore. Jusqu'à ce que les hommes arrivent en masse, investissent les cuisines, ainsi que leurs lucratifs concepts culinaires télévisuels. Dès lors, c'est devenu branché. Un gros chef bedonnant avec des tattoos plein les bras, cool.

Maintenant, c'est au tour des écoles. Depuis belle lurette - c'est-à-dire depuis toujours -, les femmes ont investi l'éducation et ses lieux. Elles revendiquent sans cesse, et ce avec beaucoup d'efforts et d'investissements personnels, de meilleures conditions pour leurs élèves et pour elles, en vain. Personne n'écoute, personne n'intervient. Ça n'intéresse personne.

Mais voilà que surgissent trois vedettes médiatiques québécoises, trois hommes bien entendu, et tout à coup, des fonds apparaissent, en plus de nombreuses tribunes pour les écouter parler. « Oh wow, quelle bonne idée. Quels hommes inventifs, créatifs, des visionnaires, bref des génies. » La belle affaire.

L'initiative est extraordinaire, certes; on salue leurs efforts et leur implication. Ce n'est pas ça le problème. Il se pose ailleurs.

Outre le fait qu'on n'entend pas parler les femmes dans ce dossier - ni même le plaisir d'en voir une seule comme tête d'affiche -, quelqu'un peut-il m'expliquer une fois pour toutes pourquoi il faut toujours des hommes pour crédibiliser un réel problème décrié par des milliers de femmes depuis des décennies?

En mars dernier, le premier ministre du Québec Philippe Couillard a encore refusé de rencontrer le Collectif 8 mars, alors que ce dernier représente
700 000 travailleuses (je répète, 700 000 femmes). Et voilà que trois hommes se pointent (trois), préoccupés par les conditions de vie à l'école (avec raison encore une fois), et là, les choses bougent, le ministre de l'Éducation octroie des fonds, on entame un battage médiatique: sauvons nos écoles, aidons nos enfants.

Allo?! Les femmes en parlent depuis très longtemps; les enseignantes, les éducatrices, les spécialistes de l'enfance et de l'apprentissage, name it... Anybody home? (Encore faut-il leur donner du temps d'antenne - voir Deux hommes en or, deux femmes invisibles.)

Il en est de même dans nombreux dossiers d'ailleurs. Question de se rafraîchir la mémoire, le cas Bill Cosby aux États-Unis (que l'on évoquera sans doute un jour comme de l'époque pré-Weinstein).

Pendant des années, des dizaines de femmes ont allégué avoir été droguées et agressées sexuellement par le comédien Bill Cosby. Silence radio. Jusqu'au jour où, en 2014, l'humoriste américain Hanniball Buress présente un numéro sur scène dans lequel il parle du « violeur Bill Cosby ». Et vlan! Scandale. Les médias s'enflamment alors pour déboucher sur les procédures que l'on connait, dont le procès de la courageuse torontoise Andrea Constand en 2017.

On dit que le silence est d'or. Dans certains cas, c'est vrai. Mais la parole des femmes, elle, que vaut-elle dans les faits? D'la merde?!

Can you hear me now? ... Can you hear me now? ... Can ya.. (Fuck, ç'a coupé.)

Messages les plus consultés de ce blogue

Ces grands qui se trompent

En mars dernier, certaines d’entre nous ont vertement critiqué les Grands Ballets canadiens de Montréal pour leur programmation sexiste prévue pour la saison 2018-2019, ainsi que leur interminable instrumentalisation des femmes (voir « Ode à la femme », mon œil). Nathalie Petrowski semblait alors d’accord puisqu’elle publiait un percutant billet à cet effet, et ce, pour mon plus grand bonheur, Chercher la femme (et ne pas la trouver).

Une fois rendue en juin, par contre, la grande dame de la critique culturelle québécoise écorchait (et pas à peu près) Marilou Craft, qui, elle, dénonçait de son côté le concept même du spectacle SLĀV de Robert Lepage, lui reprochant de « …critiquer les spectacles avant même qu’ils n’existent. Me semble que la première chose que l’ex-étudiante aurait dû faire avant de poser ses objections, c’était d’attendre que le spectacle soit monté, non ? »

Hiiing… Non.

Nous n’avons pas eu besoin d’attendre de voir le spectacle Femmes, prévu pour 2019, pour protester…

Faire bouger le monde. N'importe comment.

Casse-Noisette s'en vient et les nombreuses publicités qui ont envahi la ville de Montréal depuis quelques semaines provoquent chez moi de l'urticaire, en plus d'une forte bouffée de chaleur frôlant la syncope. Non, ce n'est pas la ménopause (je vous emmerde), mais toutes les insidieuses opérations de marketing qui rognent notre culture, notre langue et notre pouvoir décisionnel me font clairement voir rouge.

Je ne parle pas du spectacle lui-même - ni de « l'accommodement» du pauvre gérant de la boutique Adidas ou même de la scandaleuse entente de Mélanie Joly avec Netflix -, mais bien du Boys Club des Grands Ballets canadiens de Montréal. Oui, oui, la compagnie de ballet classique à l'image féerique.

Une autre belle illustration de la suprématie machiste, exemple parfait qui pourrait servir au cours universitaire « Marketing patriarcal et instrumentalisation des femmes», s'il en était un.

En gros, le concept est simple, quelques hommes se pointent dans un…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …