Passer au contenu principal

Lab-école, trouvez l'erreur


Vous souvenez-vous des anciennes émissions de popotte au Québec? De Jehane Benoît, Suzanne Lapointe, Soeur Angèle, et bien d'autres encore? À l'époque, plusieurs disaient la même chose: des émissions de bonnes femmes, inintéressant, c'est quoi l'idée de faire des maudites recettes à la télévision, quel niaisage, et bien d'autres choses encore. Jusqu'à ce que les hommes arrivent en masse, investissent les cuisines, ainsi que leurs lucratifs concepts culinaires télévisuels. Dès lors, c'est devenu branché. Un gros chef bedonnant avec des tattoos plein les bras, cool.

Maintenant, c'est au tour des écoles. Depuis belle lurette - c'est-à-dire depuis toujours -, les femmes ont investi l'éducation et ses lieux. Elles revendiquent sans cesse, et ce avec beaucoup d'efforts et d'investissements personnels, de meilleures conditions pour leurs élèves et pour elles, en vain. Personne n'écoute, personne n'intervient. Ça n'intéresse personne.

Mais voilà que surgissent trois vedettes médiatiques québécoises, trois hommes bien entendu, et tout à coup, des fonds apparaissent, en plus de nombreuses tribunes pour les écouter parler. « Oh wow, quelle bonne idée. Quels hommes inventifs, créatifs, des visionnaires, bref des génies. » La belle affaire.

L'initiative est extraordinaire, certes; on salue leurs efforts et leur implication. Ce n'est pas ça le problème. Il se pose ailleurs.

Outre le fait qu'on n'entend pas parler les femmes dans ce dossier - ni même le plaisir d'en voir une seule comme tête d'affiche -, quelqu'un peut-il m'expliquer une fois pour toutes pourquoi il faut toujours des hommes pour crédibiliser un réel problème décrié par des milliers de femmes depuis des décennies?

En mars dernier, le premier ministre du Québec Philippe Couillard a encore refusé de rencontrer le Collectif 8 mars, alors que ce dernier représente
700 000 travailleuses (je répète, 700 000 femmes). Et voilà que trois hommes se pointent (trois), préoccupés par les conditions de vie à l'école (avec raison encore une fois), et là, les choses bougent, le ministre de l'Éducation octroie des fonds, on entame un battage médiatique: sauvons nos écoles, aidons nos enfants.

Allo?! Les femmes en parlent depuis très longtemps; les enseignantes, les éducatrices, les spécialistes de l'enfance et de l'apprentissage, name it... Anybody home? (Encore faut-il leur donner du temps d'antenne - voir Deux hommes en or, deux femmes invisibles.)

Il en est de même dans nombreux dossiers d'ailleurs. Question de se rafraîchir la mémoire, le cas Bill Cosby aux États-Unis (que l'on évoquera sans doute un jour comme de l'époque pré-Weinstein).

Pendant des années, des dizaines de femmes ont allégué avoir été droguées et agressées sexuellement par le comédien Bill Cosby. Silence radio. Jusqu'au jour où, en 2014, l'humoriste américain Hanniball Buress présente un numéro sur scène dans lequel il parle du « violeur Bill Cosby ». Et vlan! Scandale. Les médias s'enflamment alors pour déboucher sur les procédures que l'on connait, dont le procès de la courageuse torontoise Andrea Constand en 2017.

On dit que le silence est d'or. Dans certains cas, c'est vrai. Mais la parole des femmes, elle, que vaut-elle dans les faits? D'la merde?!

Can you hear me now? ... Can you hear me now? ... Can ya.. (Fuck, ç'a coupé.)

Messages les plus consultés de ce blogue

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique.

Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin.

Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment.

Car voyez-vous, Izzy, 19 ans – « wh…

Un 22 septembre sur terre

Montréal, samedi 22 septembre 2018 - L’été partait d’un bord, l’automne arrivait de l’autre, la campagne électorale prenait une pause en raison d’une tornade à Gatineau, et Mercure était apparemment en synchro avec Mars... je n’ai aucune idée ce que cela signifie, mais il semble que ce soit important en astrologie.

Et encore ce samedi, des gens ont marché. Beaucoup même, avec leurs enfants, leurs bébés et leurs chiens. Le Devoir l’avait même mentionné comme un des événements « à surveiller » ce weekend : La planète s’invite dans la campagne*. Et pourtant, personne n’en a pas parlé. Les médias ont ignoré ce rassemblement, sans doute parce qu’il n’y avait pas de maudites vedettes mais que des citoyen-nes ordinaires, des vrais pourtant, en chair et en os, qui se sont déplacés pour canaliser, voire sublimer leur anxiété (oui, certains m’en ont parlé), mais d'abord exiger des partis politiques que non seulement ils parlent d’environnement mais qu’ils agissent au plus sacrant.

Alors qu…

En rafale...

Une femme qui pose des questions est une « faiseuse de troubles ». Un homme qui pose des questions, lui, est compétent. Et comme je (me) pose beaucoup de questions…

Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi 679 000 personnes ont regardé le premier épisode de XOXO, mais on n’a pas encore 10 000 signatures pour la réforme du mode de scrutin ?

Le tiers des électeurs-rices au Québec qui ne sont pas allés voter… Est-ce les mêmes qui regardent de la télé poubelle ?

Pourquoi, moi, je n’ai pas le droit de donner du sang simplement parce que je me trouvais en Angleterre lors d’un épisode de vache folle, mais que la fille dans le métro qui mâche sa gomme de cette façon a le droit d’en donner, elle ?

Quelques jours après avoir décliné son invitation à « sortir avec », le voisin d’à côté m'a traitée d’« ostie d’grosse vache » … Ça donne vraiment le goût d’aller prendre un verre en tête à tête, pas vrai ? (Les narcissiques sont parmi nous)

Le chauffeur d’autobus parle de l’été des Indiens avec u…